Pourquoi l’ACPP est-elle le lobby le plus dangereux au Canada?

1. L’ACPP fait obstacle à l’action climatique.

L’une des campagnes les plus insidieuses de l’ACPP a consisté à dépenser des millions de dollars pour attaquer la science des changements climatiques à la télévision, dans les journaux et en ligne ces dernières années. Son message a été diffusé partout, des salles de classe aux halls de musée.

L’ACPP préconise l’expansion des sables bitumineux et des grands projets de pipelines qui y sont associés, dont Énergie Est et Kinder Morgan. Pour le Canada, la réalisation de tels projets équivaudrait à renoncer aux engagements de l’Accord de Paris sur le climat. La communauté scientifique a pourtant établi qu’il faudrait garder sous terre plus des deux tiers des réserves connues de carburants fossiles pour limiter le réchauffement mondial à 1,5°C.

De fait, l’expansion des sables bitumineux est incompatible avec un climat vivable. Nous devons délaisser cette industrie en déclin au lieu de nous y enchaîner.

RSH Campaign Share Image FRENCH

L’ACPP s’efforce à induire le public et les politiciens en erreur avec des projections erronées quant au besoin de nouveaux projets de pipelines au Canada, afin de justifier une expansion de la production.

De plus, l’ACPP s’efforce depuis plusieurs décennies de retarder l’adoption de normes d’émissions applicables aux sables bitumineux. Alors que les gouvernements semblent de plus en plus réceptifs à l’action climatique, l’ACPP redouble d’efforts pour faire adopter des lois peu contraignantes qui favorisent encore les intérêts de l’industrie des énergies fossiles. Elle a même été jusqu’à suggérer que les revenus de la taxe carbone fédérale soient versés aux grandes compagnies pétrolières.

2. L’ACPP affaiblit les mesures de protection de l’environnement.

Il y a longtemps que l’ACPP tente d’affaiblir les mesures de protection de l’environnement au Canada. Ses efforts ont été couronnés de succès sous Stephen Harper, puisque le gouvernement fédéral a modifié une série de lois afin de favoriser « à la fois la croissance économique et la performance environnementale ». Les vœux de l’ACPP ont été exaucés dans les projets de loi omnibus C-38 et C-45, qui ont dévasté les lois environnementales existantes et dont voici les principales conséquences :

La Loi sur les pêches a été vidée de sa substance.

Ce changement législatif a facilité les démarches de l’industrie pétrolière et favorisé la construction de pipelines, le transport par superpétroliers, l’expansion de mines à ciel ouvert et plusieurs autres projets destructeurs de l’environnement partout au pays. Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’ACPP se soit attaquée à la loi la plus fréquemment utilisée pour déclencher des processus d’évaluation environnementale.

La Loi sur la protection des eaux navigables a été diluée.

Les règles protégeant 99 % des eaux canadiennes ont été supprimées, ce qui a donné un avantage favorable au projet de pipeline Énergie Est, à la construction du barrage du Site C et au projet de gaz naturel liquéfié Pacific Northwest. Aujourd’hui, seuls 3 océans, 62 rivières et 97 lacs peuvent encore compter sur la surveillance du gouvernement fédéral. 

La Loi sur les espèces en péril a été affaiblie

Ce changement législatif autorise un plus grand pouvoir discrétionnaire au politique dans des processus où la science devrait avoir préséance. L’ACPP considère la Loi sur les espèces en péril comme un obstacle à la construction de pipelines et à l’expansion des sables bitumineux. N’oublions pas que les espèces actuellement en péril font face à des menaces à leur survie causées justement par la marginalisation de la science dans les processus de décision et de surveillance.

La Loi sur l’évaluation environnementale a été abolie.

Sur recommandation de l’ACPP, le gouvernement fédéral a mis fin à 3000 processus d’évaluation environnementale, accélérant ainsi l’approbation de grands projets gaziers et pétroliers. Les nouveaux processus fédéraux reposent davantage sur le pouvoir discrétionnaire et délèguent une plus grande part du fardeau d’évaluation aux gouvernements provinciaux. Au final, le nombre de départements et d’agences pouvant entreprendre des évaluations environnementales est passé de 40 à seulement 3, et Environnement Canada a subi d’importantes coupures budgétaires.

3. L’ACPP appuie des projets qui portent atteinte aux droits autochtones.

L’ACPP s’est portée à la défense du défunt projet de pipeline Northern Gateway, qui était contesté en cour par huit Premières nations. À l’heure actuelle, l’ACPP continue de promouvoir des projets tels qu’Énergie Est et Kinder Morgan, auxquels s’opposent vivement plusieurs autres Premières nations.

Lorsque le gouvernement Harper a entrepris de démanteler nos principales mesures de protection de l’environnement, l’ACPP n’a pas manqué d’exiger une révision des revendications territoriales des Peuples autochtones afin que ceux-ci soient dépossédés de leurs droits.

Idle No More

Les assauts répétés de l’industrie pétrolière à l’encontre des droits autochtones et du droit de l’environnement s’inscrivent dans une longue histoire de colonisation des Premières nations par les gouvernements et les grandes corporations. C’est justement dans un contexte de résistance aux violations préconisées par l’ACPP qu’est apparu le mouvement pour la souveraineté autochtone Idle No More.

 

Info

 

Info

Signature,

Bonjour !

Nous avons gardé vos coordonnées, cliquez ci-dessous pour continuer.

Derniers signataires ::
Christiane Létourneau Canada
Adam Constantineau Canada
Christine Leduc Canada
David Morin Canada
Bruno Santerre Canada
LERAY Marie-Noëlle France
Dominique Guyet France
Patrick Maurer Switzerland
Loïc Dalaine France
Dame camille Canada
Laurent Baldovino France
Bousquet Véronique France
Fabienne Muller France
Pradier Anne France
Monique Kaiser France
Emmanuelle Vallet France
Isabelle Ca Cavé France
VINCENT Raoul France
Urbain Mireille France
Thomas Moroni France
Remazeilles REMAZEILLES France
Beal Béal Canada
Béal BEAL France
Denise OLIVIER France
LUCE Roger France
Alain Théoleyre France
Roland Truc France
Rahlf Walter France
Barbara Hoffmann France
Jean Chaudieu France
Jacqueline Cacciatore France
Sylvie darmon France
Orain Michel France
Bernard Yves Laos
Arnaud Chiffaudel France
Pascaline Denimal France
Maxime Buck France
PIOU Anne-Marie France
Pierre MICHARD France
Marc Ulrich France
Marithé Marcellin France
Marianne Thibeault Canada
Nicole Chelli France
Pierre Azam France
Fabienne Bony France
anna régine Pourchot France
Valèriano Garcia France
Claire BRETOU France
Marie-Paule Fratani France
Jean-Paul VANDERMEEREN France
Roxanne Chenel Canada
Jacqueline PELERINS France
Huguette Émond Canada
José Manuel Samos Spain
Irène Dupuis Canada
Lamarche Lamarche Canada
Arlette Miron Canada
Guy Boudreau Canada
Dessaint Dessaint Canada
Germaine Roy Canada
Pierre Azam France
Noëmie Chagnon Canada
Renée Larouche Canada
Nemessany Paul France
Véronique Jean Canada
Marie-Hélène Roy Canada
Lopasso Lopasso France
Audrey Michaud Canada
Hug Arsenault Canada
Maria elena valenti Canada
Castagner Castagner Canada
NON à une marée noire dans le Saint-Laurent Canada
Maud Reid Canada
MASIRIKA Steeve Congo - Kinshasa (DRC)
Paul-Denis Clermont Canada
Hebert Jacques Canada
G Canada
Michel Fugere Canada

Info